Alimentation, logement, transport, santé, loisirs… Il n’est pas toujours facile d’établir et de tenir le budget relatif à ces postes quand on est un étudiant avec des ressources limitées. Suivre ces quelques règles de base vous évitera de vous retrouver dans une situation qui gênera le bon déroulement de vos études.

Etre organisé et faire jouer la concurrence

Il n’est pas conseillé de faire la sourde oreille avec l’administration même si le compte en banque est dans le rouge. Le mieux, c’est d’informer le conseiller bancaire de la situation dans laquelle on se trouve, car des organismes publics ou privés peuvent proposer des solutions. Un propriétaire se montrera aussi indulgent envers un locataire qui fait de son mieux pour éviter les retards de loyer, mais pas quand on fait le mort.

Pour réussir à régler son loyer à temps, il est recommandé de recourir au prélèvement automatique. La même recommandation est valable pour EDF qui envoie sa facture tous les deux mois. Afin de faciliter la budgétisation, on peut la mensualiser, et en cas de difficulté, on peut reporter ou échelonner le paiement. A noter que certains tarifs sont plus avantageux que d’autres.

Internet et le téléphone sont aussi des dépenses importantes dans un budget étudiant. Les accros du téléphone peuvent bénéficier de tarifs ultra-économiques, surtout depuis que certains opérateurs cassent les prix, mais à condition de garder son téléphone pendant au moins trois mois. Le forfait bloqué est plus adapté à ceux qui ne savent pas limiter leur consommation. Là encore, le prélèvement automatique permet d’éviter les problèmes. Pour internet, tout dépend de la formule et du débit. Certains opérateurs proposent des offres tout compris (portables + fixe + internet + télé), ce qui est intéressant, mais attention, il faut bien étudier les causes de résiliation.

Faire ses comptes et consommer malin

Un simple tableau avec une colonne pour les dépenses et une autre pour les revenus peut vous éviter d’être dans le rouge. Il faut cependant le mettre à jour régulièrement, de préférence toutes les semaines. Un solde négatif doit interpeller, mais un solde positif ne doit pas inciter à faire des dépenses imprévues. En cas de problème, le plus simple est de négocier avec sa banque pour obtenir une autorisation de découvert proportionnelle à ses revenus. Si la concurrence entraîne une certaine souplesse envers les étudiants, il n’est pas conseillé d’en abuser, car il y a des frais additionnels à prévoir. Attention aux crédits à la consommation qui reviennent toujours cher avec leurs intérêts astronomiques !

Pour consommer rationnellement, il est conseillé d’acheter des produits alimentaires frais plutôt que dépenser son argent en nourriture de fast-food. En plus, c’est tout bénéfice pour la santé. Autre astuce, cuisiner en grosses quantités pour consommer le reste plus tard, en prenant cependant soin de le conserver dans des Tupperware et au frais pour ne pas se retrouver chez le médecin. Les épiceries solidaires peuvent également être d’une grande aide pour les étudiants grâce à leurs prix très accessibles et la possibilité d’acheter en gros.