Le prêt étudiant, un financement créé par l’État, s’adresse aux étudiants qui ont des difficultés à payer leurs études ou à subvenir à leurs besoins courants. Le prêt étudiant se distingue par son mode de remboursement.

Prêt étudiant : ce qu’il faut savoir

En plus d’avoir entre 18 et 25 (28) ans, l’étudiant souhaitant obtenir un prêt doit être inscrit dans un établissement d’études supérieures. Le plafond de ressources n’est pas pris en compte lors de la demande de prêt. Il vous faut toutefois déposer une caution parentale (ou d’un tiers) et souscrire à une assurance (invalidité, décès).

En ce qui concerne le taux d’intérêt, généralement inférieur aux prêts classiques, celui-ci se révèle très attractif. Le montant, quant à lui, dépend de vos besoins, de la durée de vos études universitaires et vos possibilités de remboursement à la fin de la « période de franchise ».

Comment rembourser ?

La franchise

Si le prêt étudiant avantage les jeunes diplômés, c’est certainement grâce à son mode de remboursement. L’étudiant est effectivement autorisé à commencer à rembourser son prêt au terme d’une période dite « différée de remboursement ». Également appelée « période de franchise », cette période dure généralement entre 2 et 6 ans.

Durant cette période de franchise, l’étudiant a le choix entre :

  • Une franchise partielle : il s’acquitte uniquement du remboursement des intérêts de l’emprunt et des primes d’assurances. Le remboursement du capital commencera à la fin de la période.
  • Une franchise totale : l’étudiant paie uniquement les éventuelles primes d’assurances. Le capital et les intérêts seront, quant à eux, remboursés à la fin de la date convenue avec le banquier.
Lire aussi  Un nouveau cinéma Mégarama à Saint-Gely

Le remboursement immédiat

Si vos moyens vous le permettent, vous pouvez également rembourser votre prêt étudiant dès le début de ce dernier. Il vous faudra quand même tenir compte des mensualités incluant le capital reçu, les primes d’assurance et les intérêts de la banque. Souvenez-vous que le montant de chaque remboursement ne doit pas excéder les 30 % de vos futurs revenus.

Ce remboursement peut se faire durant la seconde phase dite d’amortissement. Cette dernière commence normalement lors de vos premiers pas dans la vie active.

Le remboursement anticipé

Si la chance vous sourit côté finances, vous pouvez également demander un remboursement avant le moment convenu et sans pénalités. Grâce à la loi Scrivener, l’État vous autorise effectivement à anticiper le remboursement de votre prêt étudiant qui entre dans la catégorie des prêts personnels.

Là aussi, vous avez le choix entre opter pour une anticipation totale ou partielle. Il vous suffit :

  • D’envoyer un courrier à votre banque,
  • De consulter directement votre conseiller
  • Ou de mentionner cette clause au moment de la signature du contrat.

Notons que cette demande de remboursement par anticipation n’exige aucune raison ou justificatif.

Nombreux sont les obstacles qui peuvent aussi vous empêcher de respecter les dates de remboursement de votre prêt étudiant. Il vous faut penser à cette éventualité ! Ainsi, avant de souscrire à un prêt étudiant, négociez une rallonge avec votre banquier.

A lire sur le même sujet :