Avant août 2019, les étudiants devaient s’affilier à une mutuelle étudiante dès qu’ils entrent à l’université. Actuellement, dès la première inscription dans un établissement supérieur, chaque étudiant est automatiquement rattaché à un régime général. Adhérer à une mutuelle étudiante n’est donc plus obligatoire. Elle continue néanmoins de présenter des avantages intéressants aux étudiants. Voyons de plus près le fonctionnement et l’intérêt de souscrire et une mutuelle étudiante.

Sécurité sociale et mutuelle étudiante : quelle différence ?

Pour comprendre le fonctionnement d’une mutuelle étudiante, il nous faut dans un premier temps faire la distinction entre Sécurité sociale et complémentaire santé. Les étudiants qui sont automatiquement rattachés au régime général de la Sécurité sociale bénéficient d’une prise en charge « partielle » de leurs frais médicaux. Un remboursement à hauteur de 70 % de certaines dépenses de santé.

C’est à la mutuelle, obligatoire avant la rentrée 2019-2020, de prendre en charge le « ticket modérateur ». Une mutuelle étudiante offre ainsi un meilleur accès aux soins, notamment les plus coûteux.

Que couvre une mutuelle étudiante ?

Certains frais médicaux ne sont effectivement pas couverts par la Sécurité sociale. Sont inclus les dépassements d’honoraires, certains médicaments et différents soins. Pour ne pas impacter votre budget étudiant sur les dépenses santé, souscrire à une mutuelle étudiante est fortement recommandé.

Cette complémentaire santé destinée aux étudiants leur permet effectivement de couvrir :

  •  Les consultations médicales
  •  Certains médicaments sur ordonnance médicale
  •  Les frais d’hospitalisation
  •  Les soins optiques et ophtalmologiques
  •  Les soins dentaires.

Les tarifs fixés avant 2019, sont désormais libres. Les niveaux de garantie varient, quant à eux, selon les critères listés plus haut et le type de contrat.

Lire aussi  Etudes supérieures : comment changer de fac ou d'université ?

Comment bénéficier d’un remboursement ?

Pour espérer être remboursé par une mutuelle étudiante, il faut déjà s’inscrire. Comme pour l’affiliation à la Sécurité sociale, l’adhésion à une mutuelle étudiante se fait au moment de l’inscription à l’université.

Le choix de la mutuelle sera déterminé par vos besoins et problèmes santé (auditifs, dentaires, visuels…). Si vous consultez souvent un spécialiste, arrêtez votre choix sur une complémentaire proposant une prise en charge supérieure à 100 %. Rappelons qu’un remboursement à 100 % ne couvre pas les dépassements d’honoraires.

Comme toutes les mutuelles santé, pour obtenir un remboursement de votre mutuelle étudiante, vous avez besoin :

  •  D’une déclaration de votre médecin traitant
  •  De respecter le parcours de soins coordonnés.

Notons que le choix du professionnel de santé (selon son secteur de convention) et le niveau de garanties que vous avez choisi détermineront également le taux de remboursement de la mutuelle étudiante.

Bien que n’étant plus obligatoire, la mutuelle étudiante n’en demeure pas moins nécessaire. Elle reste effectivement d’un grand secours aux étudiants ayant des besoins spécifiques. Cette complémentaire santé est fortement recommandée aux étudiants devant réaliser des dépenses importantes dans certains domaines comme l’optique, le dentaire ou l’auditif qui ne sont pas (ou mal) remboursés par l’Assurance maladie. Il en est de même pour la médecine douce et les dépassements d’honoraires qui ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale.

A lire sur le même sujet :