L’Etat a mis en vigueur diverses subventions pour redynamiser le secteur de la rénovation énergétique. Destinées à tous les propriétaires souhaitant réaliser des travaux d’économies d’énergie, ces aides évoluent régulièrement. Crédit d’impôt, éco-PTZ, primes énergie… Découvrez les aides et financements disponibles qui peuvent vous permettre de réaliser vos travaux de rénovation énergétique.

 

Le CITE, un coup de pouce conséquent à la réalisation de travaux de rénovation énergétique

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) est l’une des aides majeures auxquelles peuvent prétendre les personnes qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation énergétique. Cette aide ouvre droit à une baisse de l’impôt sur le revenu. Dans la pratique, le CITE garantit aux bénéficiaires la possibilité de déduire le coût des travaux sur la base imposable à un taux de 30%. L’aide est remise sous forme de chèque pour les ménages non imposables.

Il est à noter que le montant des dépenses est plafonné à 8 000 euros pour les personnes seules et à 16 000 euros pour les couples. Le CITE sera transformé en prime à compter du 1er janvier 2020. La prime en question sera versée dès la fin des travaux au lieu d’un an après, ce qui en fait une véritable bouffée d’oxygène pour les propriétaires. Par ailleurs, cette prime est cumulable avec la prime énergie.

Quelques changements sont intervenus depuis la mise en place de ce dispositif. Désormais, l’installation des chaudières à fioul ne fait plus partie des travaux éligibles au CITE. Pour bénéficier de cet avantage fiscal, il est nécessaire de réaliser des travaux qui garantissent une performance énergétique plus élevée, notamment l’isolation des murs et des combles, l’installation d’une pompe à chaleur et l’acquisition d’une chaudière à condensation.

 

L’éco-PTZ, un avantage pour ceux qui doivent contracter un prêt

L’éco à taux zéro ou éco-PTZ a été mis en place pour inciter les ménages à entreprendre des travaux de rénovation énergétique. En vigueur jusqu’en 2021, cet emprunt est remboursable sans intérêt. Les ménages qui sont dans l’obligation de contracter un prêt pour pouvoir démarrer les travaux y trouvent leur compte, et ils pourront augmenter en nombre dans les mois qui viennent en raison des conditions d’obtention qui sont devenues beaucoup plus flexibles.

L’éco-PTZ est désormais accessible sans conditions de revenus, alors qu’un seuil maximal était en vigueur par le passé. En outre, il n’était dédié qu’aux ménages qui effectuent des travaux de rénovation sur un logement construit avant le 1er janvier 1990 et qui était occupé à titre d’habitation principale. Dorénavant, il concerne également les logements de plus de deux ans qui servent de résidence principale ou secondaire. Les travaux éligibles sont notamment l’isolation des murs et des toits, ainsi que l’achat d’un chauffage alimenté par une énergie renouvelable. Le coût total peut aller jusqu’à 30 000 euros.

 

La prime énergie pour rembourser la totalité des travaux d’économie d’énergie

Mise en place dans le cadre du dispositif Certificats d’économie d’énergie (CEE), la prime énergie est financée par les fournisseurs d’énergie qui sont censés optimiser les subventions accordées aux consommateurs. Le montant de l’aide qu’on peut escompter recevoir peut s’élever à des centaines d’euros en fonction des travaux à réaliser et de leur efficacité. Si ces travaux sont réellement innovants, l’aide peut couvrir la totalité des coûts.

Pour connaitre le montant de la prime énergie à laquelle on a droit, il faut faire une simulation. La demande, qui est gratuite est sans engagement, se fait en ligne. Il faut ensuite faire réaliser les travaux par un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement), puis compléter et signer son dossier. Le chèque est remis un mois après validation du dossier.