Comme chaque année vous vous devez de déclarer vos revenus, y compris vos revenus locatifs. Si ces derniers sont supérieurs à 15000€ alors ils sont soumis à l’impôt sur le revenu.
Or, le prélèvement à la source qui est désormais en vigueur, va venir apporter des changements dans le cadre de la déclaration de vos revenus locatifs. Toutefois, le principe ne change pas : vous devrez déclarer tous vos revenus de l’année passée au printemps.

 

… et après ?

Faire cette déclaration à la date fixée chaque année est nécessaire pour avoir le temps de dresser le bilan de vos revenus de l’année précédente. Si vous avez changé de situation alors que vous ne l’avez pas déclaré, il est temps de le faire. Ainsi, les réductions d’impôts ou les crédits d’impôts dont vous bénéficiez ne seront pas oubliés. Votre taux de prélèvement à la source dépendra de tous ces renseignements. Il sera appliqué dès septembre, et ce, jusqu’au mois d’août 2020. Viendra alors la déclaration suivante, et ainsi de suite.

Par ailleurs, cette marge de temps, ainsi que les renseignements que vous avez fournis, deviendront des données utilisées par le fisc pour faire les comptes. Ainsi, le trop-perçu vous sera remboursé en septembre. Le mode de remboursement sera le virement bancaire. Si, en revanche, les impôts que vous avez payés s’avèrent insuffisants, alors, le complément sera prélevé sur le compte bancaire que vous avez mentionné dans votre déclaration.

 

Comment procéder pour faire sa déclaration ?

Si l’on se réfère à la procédure du printemps 2017, si vous avez une connexion Internet, votre déclaration se fera obligatoirement en ligne. Toutefois, il faut que votre revenu fiscal de référence de l’année précédente dépasse les 15 000 euros. Si l’une de ces deux conditions n’est pas satisfaite, vous déclarerez vos revenus sur papier libre que vous transmettrez au centre des impôts avant le printemps de l’année qui suit. Un calendrier précis vous sera communiqué. Les dates varient en fonction des départements.

 

Location vide et location meublée – la différence

Vous déclarerez les loyers que vous avez perçus d’une location vide comme des revenus fonciers. Ceux issus d’une location meublée font partie des bénéfices industriels et commerciaux. Il est à noter que ces loyers s’ajoutent aux autres recettes comme la pension alimentaire et le salaire. Le total s’appelle le revenu global. C’est ce revenu qui sera soumis à l’impôt sur le revenu.

 

En somme, avant de se lancer dans l’investissement locatif il est primordial de bien se renseigner sur les différents types d’impositions en vigueur en France, sur les méthodes de déclaration de vos revenus locatifs et de sur les méthodes de prélèvement de vos impôts. Une mauvaise surprise pouvant vite arriver, il est donc très important de se tenir informé pour ne pas avoir de mauvaises surprises !