Louer son bien immobilier permet d’augmenter ses revenus, mais encore faut-il trouver le candidat qui réglera chaque mois le loyer sans vous causer de soucis, surtout si vous avez des mensualités d’emprunt à payer. Ces conseils vous aideront donc pour trouver un « bon payeur », d’autant plus qu’en France, le locataire est surprotégé par la loi.

 

S’informer sur la solvabilité du locataire et exiger les originaux des documents fournis

 

Il n’est pas superflu de demander une copie des bulletins de salaire, du dernier avis d’imposition, du contrat de travail, du relevé d’identité bancaire (RIB) ou encore du livret de famille de son locataire avant de signer un bail. Il est également possible de demander les mêmes documents à la personne qui se porte caution. Par contre, il est interdit d’exiger une copie du relevé de compte bancaire, d’un extrait de casier judiciaire, d’un dossier médical, d’une attestation d’absence de crédit en cours et la carte d’assuré social.

Il est aussi conseillé de demander au candidat à la location d’apporter les originaux lors de la visite, et de vérifier que les salaires correspondent bien aux déclarations figurant sur l’avis d’imposition. Il faut que les coordonnées de l’employeur soient les mêmes afin de pouvoir le contacter en cas de problème et pour s’assurer de la bonne foi du candidat. Et pour cause, les falsifications sont monnaie courante, et les recours sont limités en cas de non-paiement de loyer ou de non-respect des conditions de location.

 

Privilégier les candidats en CDI et les étudiants, et éviter certains profils

 

Même si le profil de locataire idéal est un fonctionnaire âgé entre 30 et 50 ans, il convient de ne pas se focaliser là-dessus. En effet, les risques sont sensiblement réduits avec un candidat embauché en CDI avec de préférence deux ans d’ancienneté chez le même employeur. Les étudiants sont également réputés pour être de bons payeurs car ils bénéficient d’aides au logement ou de la solidarité familiale.

Par contre, il est recommandé d’éviter les profils qui ont des revenus peu stables.
Enfin, il faut savoir qu’un propriétaire qui mettrait fin au bail d’un locataire non fautif âgé de plus de 70 ans disposant de ressources modestes devra par exemple lui proposer un relogement correspondant à ses possibilités.

Il importe cependant de porter une attention particulière sur la législation réprimant la discrimination, une situation régulièrement dénoncée par les associations en France. Sachez que même si le propriétaire est libre de son choix, il est strictement interdit de pratiquer une discrimination sur la base de l’origine d’un individu, de la religion, de l’opinion politique du candidat. Tout contrevenant risque des poursuites pénales. En cas de doute, il est conseillé de s’adresser à un expert en gestion locative qui se chargera par la même occasion de dénicher pour vous le locataire parfait.