Il peut parfois arriver qu’un étudiant soit victime d’un incident malencontreux dans son logement. Les fuites d’eau sont fréquentes, et pourtant, elles peuvent avoir de graves conséquences. Lorsque ce genre de dégâts survient, on a souvent tendance à paniquer et à ne savoir que faire. Voici les initiatives à entreprendre en cas de dégâts des eaux.

Souscrire à une assurance-habitation

C’est une mesure à prendre avant le premier jour d’aménagement dans un logement étudiant. Elle est à fournir impérativement lors de la remise des clés. Tout locataire se doit de souscrire à une assurance-habitation. D’ailleurs, à la signature du bail de location, un document officiel qui l’atteste lui sera demandé.
Un étudiant a des restrictions budgétaires. Quand un sinistre se présente et que celui-ci n’a pas déclaré le sinistre, il se trouve dans l’obligation de prendre en charge les coûts des réparations. À noter que la plupart des assureurs proposent des offres d’assurance-habitation adaptées aux étudiants. Cependant, certaines assurances de couvrent pas tout (vol, bris de glace, incendie, …).

Que faire quand les dégâts se présentent ?

Les causes des dégâts des eaux sont multiples. Une catastrophe naturelle, une fuite de la machine à laver, ou encore une baignoire qui déborde… Le premier réflexe quand un tel incident survient, comme une fuite d’eau provenant d’un tuyau, par exemple, si l’origine est dans l’appartement, il faut le gérer : coupez le robinet d’alimentation d’eau et rafistolez le tuyau en attendant l’arrivée d’un plombier ou de l’agence immobilière. Le recours à un plombier est impératif. En fonction de l’assurance, le coût de l’intervention et les indemnités du plombier peuvent être prises en charge, mais ce n’est pas toujours le cas.

Ce sera un peu plus tard que l’assurance le remboursera. Un point de vigilance : demandez toujours un devis et une facturation détaillée. Passer par un service officiel est plus sécuritaire.

Que faire après l’intervention d’un professionnel ?

Quand le sinistre est cerné et résolu, il est temps de contacter l’assurance. Le locataire a en général 5 jours pour effectuer cette démarche. Le demandeur sera guidé et conseillé sur les papiers à fournir. Comme son nom est inscrit sur le contrat de bail, il faut qu’il soit le signataire de la facture du plombier. Quand tout est en ordre, le remboursement se fera dans un délai très court. Il se peut que des photos des désordres lui soient demandées par l’assureur. Il arrive aussi que des experts viennent constater les dégâts. Une fois ces constatations effectuées, l’expert effectue un rapport qu’il communiquera à l’assurance.

La compagnie d’assurances va contacter le propriétaire pour lui faire comprendre que des travaux de rénovation sont requis. L’assurance habitation, selon les clauses du contrat, peut prendre en charge les travaux à entreprendre. Il faut juste présenter un devis signé par un professionnel. Néanmoins, le locataire ne peut entreprendre des travaux de rénovation sans l’autorisation du propriétaire. Si le contrat de location s’est fait par le biais d’une agence de logement, c’est à celle-ci d’octroyer l’autorisation au locataire.